Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Colmar
Riquewihr
La route des vins
Haut Koenigsbourg
La montagne des singes
Le Mont Sainte Odile
Le Struthof
Petit & grand ballons
Strasbourg
Belfort
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Paris
Versailles
Fontainebleau
Chez Fenotte, le blog
Plan du site

LE STRUTHOF

 

Lieu de mémoire

 

 

 

 

 

 

The Struthof, a place of memory

 

 

 

 

 

 
 
 
 

http://www.struthof.fr/

 

 

 

 

 


Le KL-Natzweiler a été ouvert par les nazis le 21 avril 1941 au lieu dit « le Struthof ». Il s'agissait du seul camp de concentration sur le territoire français, situé dans ce qui était alors l'Alsace annexée. Lieu de travail au profit de l’industrie de guerre nazie, le camp abritait aussi les expérimentations médicales des professeurs nazis de l'Université du Reich de Strasbourg.  Le 23 novembre 1944, les Alliés ont découvert le site évacué par les nazis depuis septembre. De 1941 à 1945, le KL-Natzweiler a été l’un des camps les plus meurtriers du système nazi. Près de 22.000 déportés y sont morts.

La première raison invoquée pour le choix du Struthof était l'existence, à 1 km de là d'une carrière de granit d'où les forçats devaient extraire les pierres destinées aux besoins des Allemands. Par la suite les déportés ont été affectés à des travaux de terrassement et d'aménagement de routes.

 

 

Le camp comprenait 17 baraquements en bois étagés en 9 plates-formes à flanc de coteaux communiquant par des escaliers. Il était entouré par un double réseau de barbelés et surveillé par 8 miradors. A l'extérieur, d'autres baraques et des ateliers ont été installés et une villa réquisitionnée pour le commandant.


Les prisonniers qui arrivaient en train jusqu'à la gare de Rothau devaient effectuer à pied les huit kilomètres qui les séparaient du Struthof, sous les coups et les hurlements d'une horde de SS. Il s'agissait d'abord de prisonniers de droit commun allemands puis de déportés de diverses nationalités (Polonais, Russes, Hollandais, Français, Allemands, Norvégiens...).

 
 

Le site visible aujourd'hui dans sa structure d'origine, comprend :


- Le Musée de l'Histoire de la Déportation sur la première plate-forme, avec la potence, le four crématoire, la prison et la fosse aux cendres. 


- Le Mémorial de la Déportation, inauguré par le Général de Gaulle le 23 juillet 1960 ; il symbolise la flamme de la Liberté par une spirale de béton de 40,50 m de haut, et signale de loin l'emplacement du camp.


- La Nécropole nationale avec 1.120 tombes de déportés. 


- La chambre à gaz, dans un bâtiment à 1.5 km à gauche avant l'entrée du camp, et la carrière, à quelques kilomètres du site.

 

 

 

 

 

The KL-Natzweiler was opened by the Nazis on April 21, 1941 at a place called "the Struthof". It was the only concentration camp on the French territory, located in what was then annexed Alsace. Place of work for the benefit of the Nazi war industry, the camp also housed medical experiments of Nazi professors at the University of Reich in Strasbourg. On November 23, 1944, the Allies have discovered the site evacuated by the Nazis since September. From 1941 to 1945, KL-Natzweiler was one of the most deadly camps of the Nazi system. Nearly 22,000 prisoners died there. The first reason for choosing the Struthof was the existence, at 1 km, of a granite quarry where the convicts had to extract stones for the needs of Germans. Thereafter the deportees were engaged in excavation and development of roads.

 

 

The camp included 17 wooden barracks in storied 9 platforms on the side of the slope communicating by stairs. It was surrounded by a double network of barbed wire and guarded by 8 watchtowers. On the outside, other barracks and workshops have been installed and a villa requisitioned for the commander. The prisoners who arrived by train at Rothau station had to walk the eight kilometers separating them from the Struthof, under the blows and screams of a horde of SS. It was first of all German common law prisoners and then deported from various nationalities (Polish, Russian, Dutch, French, Germans, Norwegians ...).

 

The site visible today in its original structure, includes:


- The Museum of the History of Deportation on the first platform, with the gallows, the crematorium, prison and the ash pit
- The Memorial of the Deportation, inaugurated by General de Gaulle on July 23, 1960, it symbolizes the flame of freedom by a spiral of concrete 40.50 m high, and pointed by far the location of the camp.
- The National Necropolis with 1,120 tombs of deportees
- The gas chamber in a building located 1,5 km left before the entrance to the camp, and the quarry, a few kilometres from the site.

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

http://vimeo.com/72210835