Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Dakar
M'bour
Fadiouth
Ile de Dionewar
Ile de Falia
Bolongs
Cases
Parc du Niokolo Koba
Tambacounda
Kedougou
Missira
Lac Rose
Ile de Gorée
Routards Sénégal 2008
Rufisque
La Réserve de Bandia
M'bour - Mbodienne
Guedji
Fadiouth
Ndangane
Mar Lodj
Fatick - Diouloulou
Casamance
La ferme de Djibelor
Ziguinchor
Kolda, Tambacounda
Lac Retba
Gorée
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site

 

 

 

 

ZIGUINCHOR

 

 

Ziguinchor, 160.000 habitants, est le chef-lieu de la Casamance et dispose d’un port situé à quelques 70 km de la mer. C'est un pôle économique international accueillant des immigrés cherchant un bon cadre de vie et un travail intéressant. Ainsi, Gambiens et Bissau-Guinéens sont présents en très grand nombre dans la capitale casamançaise. La ville n’est pourtant pas riche.

Fondé par les Portugais en 1560, c’est à partir du XVIII° siècle que ce comptoir est devenu une ville prospère. Cette histoire est encore très marquée en raison de l'importante utilisation du créole portugais, parlé également dans la frontalière Guinée-Bissau, ex-Guinée Portugaise.

 

La ville, par sa position géographique, est aussi une plaque tournante du commerce sous-régional, avec ses innombrables marchands venus de Guinée-Bissau, Gambie et Mauritanie, qui proposent, vendent ou achètent toutes sortes de produits manufacturés ou alimentaires.

 

Ziguinchor tire, selon certains, son nom de la déformation du mot «Izguinchos» nom de la tribu qui vivait autrefois dans cette région. D’autres prétendent au contraire que le nom de la ville vient du portugais «je viens, ils pleurent» (Cheguei, choram) rapport à la traite des esclaves.

 

Jumelée avec la ville française de Saint Maur, cette dernière a donné son nom au grand marché local, qui après avoir brûlé plusieurs fois a enfin été reconstruit.

 

Ceci est un extrait de l'article consacré à la ville sur le site :

http://www.senegalaisement.com/senegal/ziguinchor.html

 

 

 

Ziguinchor, 160,000 inhabitants, is the capital of Casamance and has a port located some 70 km from the sea, a center of international economic welcoming immigrants seeking a good interesting place to live and work in. Thus, Gambians and Bissau-Guineans are present in large numbers in the Casamance capital. The city is not rich.

Founded by the Portuguese in 1560, it became a prosperous city in the 18th century. This history is still strong because of the significant use of Portuguese Creole language spoken in the border Guinea-Bissau, former Portuguese Guinea.

The city's geographical position is also a hub of subregional trade, with countless merchants from Guinea-Bissau, Gambia and Mauritania, who offer, sell or buy all kinds of manufactured goods and food products.

It is said that Ziguinchor derives its name of the deformation of the word "Izguinchos" the tribe's name that once lived in this region. Others argue instead that the city name comes from the Portuguese "I come, they cry" (Cheguei, choram) reporting to the slave trade.

Twinned with the French town of Saint Maur, the latter gave its name to the large local market, which, burned several times, has finally been rebuilt.