Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Bali
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mexico
Xochimilco
Teotihuacan
Teotihuacan - suite
Puebla
Sierra Madre Orientale
Monte Alban
Oxaca
Sur la route
Le canyon du Sumidero
San Cristobal de las Casa
San Juan Chamula
Parc de la Venta
Palenque
Campeche
Uxmal
Merida
Chichen Itza
Cancun
Photos d'avion
Nourritures spirituelles
Avis
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
 
La vue sur le dôme de la cathédrale depuis la terrasse de l'hôtel Colonial
 
 
 
 
 
 
 
 

Puebla, la ville des anges

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Après la visite du site de Teotihuacan, nous prenons la route de Puebla où nous passons une nuit. Pas de chance, nous arrivons en fin de journée à la tombée de la nuit et visitons la ville sous une petite pluie ! Plusieurs soirs de suite d'ailleurs, après une belle journée, nous trouverons la pluie durant notre circuit.

 

 

After visiting the site of Teotihuacan, we took the road to Puebla, where we spent the night. No luck, we arrived in the late afternoon to dusk and visited the city in a little rain! Several evenings also, after a beautiful day, we found the rain during our tour.

 

Nous visitons notamment l'église Santo Domingo et la chapelle du rosaire de style baroque exubérant, ornée à profusion de végétaux, saints, anges, musiciens, apôtres, ... de toutes les couleurs, si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête !

 

We visited in particular Santo Domingo Church and the Chapel of the Rosary of exuberant Baroque style, decorated with a profusion of plants, saints, angels, musicians, apostles ... of all colors, so we did not know where to look!

 

 

 

 

La façade de l'église Santo Domingo (courte vidéo)

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Le palais municipal


Heureusement Eduardo nous a laissé du temps de libre le lendemain matin avant notre départ. Avant le petit déjeuner, je grimpe sur la terrasse de notre très bel hôtel, le Colonial, d'où la vue est superbe sur les toits de la ville. Après m'être restaurée, je retourne dans le centre-ville, sur le zocalo, la place centrale, où je prends quelques photos de la cathédrale, des belles façades et de la fontaine. Puebla est la première ville construite par les conquistadores (en 1531) qui n'a pas été bâtie sur une ancienne cité amérindienne. Le centre historique, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, est d'architecture espagnole coloniale. J'admire les belles façades décorées de Talavera, ces carreaux de faïence. J'aurais bien aimé en visiter une fabrique et avoir un peu plus de temps pour flâner dans les rues !

 

 

Fortunately Eduardo gave us free time the following morning before our departure. Before breakfast, I climbed onto the terrace of our beautiful hotel, the Colonial, where the view was superb on the rooftops of the city. After breakfast, I returned to the city center, the Zocalo, the central square, where I took some pictures of the cathedral, beautiful facades and fountain. Puebla is the first city built by the conquistadors (in 1531) that has not been built on an ancient Indian city. The historical center, listed as World Heritage by Unesco, is Spanish colonial architecture. I admired the beautiful facades decorated with Talavera. I would have liked to visit a talavera factory and have a little more time to wander the streets!

 

 

 

 
 
              
 
 
 
 
 
 
              
                                                   
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes toujours en altitude (2.167m) et après la nuit, il fait un temps splendide mais avec une chaleur modérée tout à fait supportable.

 

Par contre les deux volcans, le célèbre Popocatepelt et l'Iztaccihuatl sont cachés sous les nuages et nous ne pourrons pas les admirer.

 

L'hôtel Colonial, dont la façade est en cours de restauration, est un ancien couvent de jésuites (jusqu'à la fin du XVIII° siècle), il a été transformé en hôtel restaurant depuis le milieu du XIX° siècle. Le bâtiment est classé monument historique et il possède l'un des plus vieux ascenseurs du pays, toujours en fonctionnement, nous l'avons emprunté. Nous dînons le soir en musique et le repas servi est l'un des meilleurs de notre circuit. Nous dégustons notamment le mole poblano, spécialité culinaire de l'état de Puebla. Il s'agit d'une sauce à base de chocolat, piments, tomates, fruits secs (amandes, noix, raisins), graines de sésame, clou de girofle, cannelle, persil, poivre, ail et oignon, traditionnellement servie sur un plat de viande, dinde généralement. La sauce compte une trentaine d'ingrédients et il faut paraît-il la journée pour la préparer. On trouve la recette sur internet, mais est-ce l'authentique ? On en trouve aussi de la toute prête en briquette dans les boutiques mexicaines.

 

 

We were always at 2.167m altitude and after night, the weather was beautiful but with a moderate heat quite bearable.


 


But the two volcanoes, the famous Popocatepetl and the Iztaccihuatl were hidden under the clouds and we could not admire them.


 


Hotel Colonial, whose facade were being restored, is a former Jesuit convent (until the end of the eighteenth century), it was converted into a hotel restaurant since the mid-nineteenth century. The building is a historical monument and it has one of the oldest elevators in the country still in operation, that we borrowed. We had dinner in the evening with music and the meal was one of the best in our circuit. We tasted mole poblano, a culinary specialty of the state of Puebla. It is a sauce made of chocolate, peppers, tomatoes, nuts (almonds, walnuts, raisins), sesame seeds, cloves, cinnamon, parsley, pepper, garlic and onion, traditionally served with  meat, usually turkey. The sauce has a thirty ingredients and it takes the day to prepare it. The recipe can be found on the internet, but is it authentic? It is also sold in tins in Mexican shops.

 

 

 

Quelques photos sur le site de l'hôtel :

 

http://www.colonial.com.mx/colonial/imagenes1.htm

 

 

 

 

Mes photos de Puebla

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Carreau de talavera sur la terrasse de l'hôtel



 

 

La Talavera est un mélange de deux types d'argile qu'on pétrit avec les pieds et qu'on laisse sécher pendant 2 semaines. Une fois modelée, la pièce est cuite à 900°C, émaillée et peinte à la main (sans plomb). Elle doit être cuite une deuxième fois à 1110°C pour obtenir ses couleurs éclatantes.

 

 

Talavera is a mixture of two types of clay kneaded with feet and allowed to dry for 2 weeks. Once shaped, the piece is fired at 900°C, glazed and hand-painted (unleaded). It must be cooked a second time at 1110°C for its bright colors.

 

 

 

Quelques exemples de Talavera sur les façades des maisons de la ville

 
 
 
                      
                                                                                                
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

La China Poblana

 

C'est ainsi que l'on nomme un costume féminin de Puebla dans la seconde moitié du XIXe et c'est aussi le surnom donné à une jeune esclave, Mirra, venue des Philippines. Convertie au catholicisme, affranchie par son maître, elle a fini sa vie dans un couvent où elle avait des visions de Jésus et de la vierge Marie. Après sa mort en 1588, elle était vénérée comme une sainte à Puebla. Una china c'est aussi la fille d'un(e) mulâtre et d'un(e) amérindien(ne).

 

 

This is the name of a female costume in Puebla in the second half of the nineteenth century and this is also the nickname given to a young slave, Mirra, from the Philippines. Converted to Catholicism, freed by her master, she ended her life in a convent where she had visions of Jesus and the Virgin Mary. After her death in 1588, she was venerated as a saint in Puebla. Una china is also the daughter of a mulatto and an Indian.