Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Bali
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Ambatolampy
Ambatomanga
Moramanga
Vatomandry
Maintinandry
Canal des Pangalanes
Foulpointe
Fénérive-Est
Vohilava
Tamatave
Palmiers à huile
Andasibe Mantadia
Mantasoa
Antananarivo
Avis et commentaires
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
Mantasoa et Jean Laborde (1805 - 1878)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après avoir quitté le parc d'Andasibe Mantadia, nous prenons la route en direction de Mantasoa et nous arrêtons en cours de route pour un déjeuner pique nique au bord d'une rivière.
 
 
 
 
 
Quelques photos prises sur la route ainsi de que de deux beaux caméléons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour atteindre Mantasoa, il faut emprunter une piste en mauvaise état pour un trajet d’une heure.
 
 

Mantasoa était une cité industrielle située à 30 km de Tananarive, fondée au XIX° siècle par Jean Laborde, un aventurier français échoué sur les côtes de Madagascar suite au naufrage de son navire et qui a fait fortune en fabriquant des canons et des fusils pour l’armée malgache. La cité industrielle qu’il a dirigée avec l’aide de son frère aîné comprenait une fonderie de canons en fonte, une faïencerie, une papeterie, une sucrerie, une raffinerie, une indigoterie, une savonnerie et une magnanerie. Jean Laborde est devenu le conseiller et l’amant de la reine Ranavalona I qui l’a élevé à la plus haute distinction malgache.

 

 

En 1857, lassé par les massacres ordonnés par la reine (estimés à 200.000 morts en dix ans), Jean Laborde a fomenté un complot pour la renverser et la remplacer sur le trône par son fils Rakoto, mais le putsch a été éventé. La reine a fait expulser tous les européens de Madagascar et leurs biens ont été confisqués. Le site de Mantasoa a alors été pillé et vandalisé. Laborde ruiné est parti s’installer sur l’île Bourbon (La Réunion).

 

 

En 1861, à la mort de la reine, c’est son fils Ramada II qui monte sur le trône. Jean Laborde est nommé en 1862 consul et agent de la France à Madagascar en 1862, pour asseoir l’influence française à Madagascar face aux britanniques. Il est mort à Madagascar en 1878 et la reine Ranavalona III lui a fait faire des obsèques grandioses.

 

 

Il ne reste plus grand-chose aujourd’hui de la cité industrielle, en dehors de la maison (transformée en musée) et du tombeau de Jean Laborde.

 

 

 

 

 

 

Diaporama

 

 

 

 

http://vimeo.com/112559585

 

 
 
 
 
Mon carnet de route :