Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Visit Lyon
Rencontre Vacanceo
Week-end Vacanceo
Le Voeu des Echevins
Notre Dame de Fourvière
Le musée d'art religieux
Théâtre antique Fourvière
L'Antiquaille
Musée gallo-romain
Quais de Saône
Le Vieux Lyon Médiéval
La Primatiale Saint Jean
Gargouilles
Saint Paul
L'Hôtel de Ville de Lyon
La Croix Rousse
Le jardin Rosa Mir
Vue de la Croix Rousse
Pentes Croix Rousse
Amphithéâtre 3 Gaules
Chapelle des Chartreux
L'Atelier de Soierie
Le parc de la Tête d'Or
La Grande Mosquée
Bellecour - Ainay
Lyon sous la neige
L'église Saint Polycarpe
Pennons Charte Sapaudine
1611 dans le Vieux Lyon
Bellecour en fleurs
Harmonie entre ls Peuples
Chemin de Crèches 2011
Choeurs de la Primatiale
Chemin de Crèches 2012
L'église Saint Denis
Saint Bonaventure
Défilé Biennale 2010
Défilé Biennale 2012
Défilé Biennale 2014
Libération de Lyon
Noël 2014
ECCLY
Fête des Roses 2015
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Paris
Versailles
Fontainebleau
Chez Fenotte, le blog
Plan du site
 La maison des champs de Pierre Sala
 
 
 
 
 
 
 
"Promenade Zehrfuss"
 
sur la colline de Fourvière
 
 
avec l'association Promenades Urbaines de Lyon
 
et un archéologue du SAVL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Nous débutons la promenade sur le site de l’Antiquaille, tout proche des théâtres gallo-romains, avec une première halte devant des bâtiments qui faisaient partie de l’ancien hôpital. Le premier était auparavant la demeure que Pierre Sala, bourgeois lyonnais, s’était fait construire entre 1505 et 1514 sur les pentes de la colline de Fourvière, alors plantée de vignes.

 

 

 
 
                                     
 
 
Maison de Pierre Sala (en plein contre jour)
 
 

 

 

 

La maison a été baptisée « l’Anticaille » en référence aux nombreux vestiges archéologiques antiques présents sur le site. Certains ont d'ailleurs été utilisés pour sa construction, comme le mur de soutènement constitué d’arcades en cul-de-four.

 

 

 

 
                           
 
 
Les fameuses arcades en cul-de-four
 
 

 

La résidence agrandie ensuite par ses héritiers, a été vendue en 1629 à Mathieu de Sève, prévôt des marchands de Lyon, qui en a fait don à l’ordre des Visitandines qui y ont installé un couvent à partir de 1630. Ce sont elles qui ont agrandi le bâtiment et fait notamment construire le cloître que nous avons visité un peu plus tard. C’est dans le couvent qu’a été découverte au XVII° siècle une cavité souterraine qui aurait été le cachot de Saint Pothin, premier évêque de Lyon et de Gaule et l’un des premiers martyrs de Lyon, aux côtés de Sainte Blandine, en 177.

 

 

 
 
 
Le cloître
 
 
 

 

En 1792, après la révolution, les religieuses ont dû quitter le couvent qui a été vendu comme bien national en 1796.

En novembre 1803, l’hôpital de la Quarantaine, hospice installé sur les quais de Saône près de la montée de Choulans, est devenu trop exigu et il a été transféré dans l’ancien couvent, il s’est appelé pendant un moment l’hôpital Saint Pothin. A l’époque, contrairement aux Hospices Civils de Lyon, son conseil d’administration n’était pas présidé par le maire de Lyon mais élisait son propre président.

A compter de 1826, les vieillards ont été transférés à l’hospice de la Charité dont il ne reste aujourd’hui que la tour, place Antonin Poncet, à côté de la place Bellecour.

A partir de 1830, l’hôpital de l’Antiquaille a été agrandi et modernisé, mais suite à des problèmes financiers, il a été rattaché aux Hospices Civils de Lyon, en 1845. A la fin du XIX° siècle, il est devenu un hôpital généraliste. Après le 13 novembre 1930 et l’effondrement d’une partie de la colline de Fourvière, de nouveaux bâtiments ont été construits à l’intérieur de l’hôpital.

 

http://www.archeologie.lyon.fr/archeo/sections/fr/sites_archeologiques/69005_lyon/antiquaille

 

Fermé depuis 2003, les 34.000 m2 de bâtiments ont été vendus à la SACVL (Société Anonyme de Construction de la Ville de Lyon) et reconvertis en appartements, restaurant étoilé (Christian Têtedoie), et un musée du christianisme.

 

http://www.eccly.fr/who.htm

 

 

 

 

Nous remontons ensuite la rue des Farges pour découvrir les thermes gallo-romains de Lyon, construits en 50 après JC

 

 

.

 

 

 

 

 

Seule une petite partie est visible, dans un jardin aménagé par la municipalité, L’entrée se fait par les arcades de l’immeuble construit au n°6 de la rue.

 

http://www.patrimoine-lyon.org/index.php?lyon=le-quartier-romain

http://www.archeologie.lyon.fr/archeo/sections/fr/sites_archeologiques/69005_lyon/thermes_publics_de_l

 

 

 

 

Nouvelle étape à l’angle de la rue des Farges et de la place Abbé Larue, devant un chantier qui a été exploré par les archéologues.

 

 

 

 

 

C’est une maison de retraite datant de 1968 devenue insalubre qui a été démolie pour laisser la place à une résidence universitaire. Les fouilles menées pendant le premier semestre 2014 ont permis de découvrir des vestiges de fortifications, notamment une partie des fondations de l’ancienne porte Saint-Just et du rempart médiéval englobées dans les fortifications des années 1830. Plus profondément, ont été trouvés les vestiges d’un mur de fortification gaulois.

 

 

 

 

 

 
 
L'ancienne porte de St Just, rue des Farges, démolie en 1926
 
 
 

 

http://www.archeologie.lyon.fr/archeo/sections/fr/sites_archeologiques/69005_lyon/place_abbe_larue/

 

 

 

Dernière halte devant les piles des arches du canal de l’aqueduc du Gier, rue Roger Radisson avant de rejoindre le musée, rue Cleberg, dont la visite clôturera notre après-midi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                       
 
 
 
 
 
 
 
L'article sur mon blog :
 
 
 
 
 
 
diaporama photos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La vidéo