Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
La Antigua Guatemala
Antigua photos & vidéo
Panajachel, Lac Atitlan
Lac Atitlan photos vidéos
Chichicastenango
Coban
Ceibal
Rio Pasion
Flores
Tikal
Lac Izabal & Rio Dulce
Livingston
Quirigua
Quirigua, bananeraies
Guatemala City
Honduras
Copan, le site
Copan, nos photos
Copan Ruinas
Gastronomie Maya
Avis circuit
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
 
 
 

Panajachel et le lac Atitlan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 122 km d’Antigua, Panajachel se trouve au bord du lac Atitlán, dans le sud-ouest du Guatemala (département de Solola) à 1.597 mètres d’altitude. La région du lac est inscrite sur la liste indicative de l'Unesco.

 

http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/1768/

 

Au XVI° siècle, durant la conquête espagnole, la rive du lac a été le théâtre d'une bataille durant laquelle les espagnols, alliés aux indiens cakchiquels, ont battu les indiens tzutujils, deux ethnies mayas qui peuplaient la région. Les espagnols ont ensuite construit une église et un monastère à Panajachel, et utilisé la ville comme centre de conversion des populations autochtones régionales.

 

La ville a été un refuge de hippies dans les années 1960. Son économie est principalement basée sur le tourisme.

Le romancier Aldous Huxley a décrit le lac Atitlan comme le plus beau lac au monde. Il est entouré des volcans San Pedro (3.020m), Toliman (3.156m) et Atitlan (3.557m). Il s’est formé dans une caldeira d’une superficie de 128 km2 et sa profondeur varie entre 360 et 650 mètres.

 

Nous séjournons deux nuits à l’hôtel Posada de Don Rodrigo de Panajachel, au bord du lac. De la terrasse, la vue est superbe.

 

 

At 122 km from Antigua, Panajachel is located on the shores of Lake Atitlán, in the southwest of Guatemala (department of Solola) at 1597 meters height.

In the sixteenth century, during the Spanish conquest, the shore of the lake was the scene of a battle in which the Spanish with their allies, the Cakchiquel Indians, defeated the Tzutujils Indians, two Mayan ethnic groups that inhabited the region. The Spaniards then built a church and monastery in Panajachel, and used the city as a regional conversion of indigenous peoples.

The city was a haven for hippies in the 1960s. Its economy is primarily based on tourism.

The novelist Aldous Huxley described Lake Atitlan the most beautiful lake in the world. It is surrounded by volcanoes San Pedro (3.020m), Toliman (3.156m) and Atitlan (3.557m). It was formed in a caldera of an area of 128 km2 and its depth varies between 360 and 650 meters.

 

We stayed two nights at the Hotel Posada de Don Rodrigo Panajachel, on the lake shore. From the terrace, the view is superb.

 

 

 

 

 

 

La vue au petit matin

 

 

 

 

Histoire vraie ou simple légende, Antoine de St Exupéry y aurait trouvé l’inspiration en admirant le Cerro de Oro (la colline dorée) pour écrire le Petit Prince. Il faut dire que ce petit monticule, au pied du volcan Atitlan, ressemble fort au boa digérant un éléphant du beau roman de notre lyonnais préféré !

 

True story or mere legend, Antoine de St Exupéry would have found inspiration watching the Cerro de Oro (Golden Hill) to write the Little Prince. I must say that this little mound at the foot of the volcano Atitlan, strongly resembles the boa digesting an elephant in the beautiful novel of our favorite Lyon writer!

 

 

 

 

                       

Au premier plan, le Cerro de Oro, puis le Toliman et l'Atitlan

 

 

 

 
 

Selon la légende, le nom de Cerro de Oro a été donné après la conquista par les espagnols. En 1524, les espagnols se sont battus là avec les tzuthuils, tuant quasiment toute la population. Une poignée d'indigènes ont escaladé le monticule et sont entrés dans un palais majestueux, par une porte secrète, emportant avec eux tous leurs trésors (or, argent, bijoux, pièces d'art en céramique). Les espagnols n'ont jamais réussi à ouvrir cette porte et plus jamais personne n'en est sorti, les indiens sont morts avec leurs trésors. Des habitants disent avoir vu des pièces de céramique au fond du lac. Aujourd'hui, le Cerro est recouvert de plantations de café.

According to legend, the name of Cerro de Oro was given after the conquista by the Spaniards. In 1524, the Spanish fought there with tzuthuils, killing almost the entire population. A handful of native climbed the hill and entered a majestic palace by a secret door, taking with them all their treasures (gold, silver, jewelry, ceramic art pieces). The Spaniards were never able to open the door and no one ever came out, the Indians died with their treasures. Residents say they saw ceramic pieces at the bottom of the lake. Today, Cerro is covered by coffee plantations.

 

 

Il y a une autre légende, celle de Roméo et Juliette au lac Atitlan. Tzutujil était le prince d'un village, Tchokomel était la princesse d'un autre village, les deux jeunes se sont rencontrés et sont tombés amoureux l'un de l'autre au premier regard. Malheureusement, ils appartenaient à des ethnies ennemies et il leur a été interdit de se revoir, sous peine de mort. Le jeune homme ne l'a pas supporté et s'est donné la mort. En l'apprenant, la princesse, folle de chagrin et de colère, a appelé les dieux à son aide : ils ont créé un vent furieux qui secoue le lac chaque après-midi et provoque des tourbillons empêchant les petites embarcations de traverser. Dans le bruit du vent, si l'on écoute bien, on peut, paraît-il, entendre chanter la jeune fille qui appelle son amour perdu.

There is another legend, that of Romeo and Juliet at Lake Atitlan. Tzutujil was the prince of a village, Tchokomel was the princess of another village, two young people met and fell in love with each other at first glance. Unfortunately, they belonged to ethnic enemy and they were forbidden to review, under penalty of death. The young man could not stand it and killed himself. Learning the news, the princess, mad with grief and anger, called the gods to help her: they created a furious wind that shakes the lake every afternoon and causes whirls preventing small boats through. In the wind noise if you listen carefully, it is said you can hear the girl sing, calling her lost love.

 

 

Une douzaine de villages se trouvent autour du lac, peuplés de mayas qui ont su conserver leurs traditions et vendent leur artisanat aux touristes de passage, les gringos. Panajachel est d'ailleurs surnommée Gringotenango à cause du grand nombre d'étrangers qui y habitent et y travaillent. Les villages sont positionnés sur les points cardinaux reflétant l'ancien calendrier du monde maya. A chaque village correspond une couleur spécifique que l'on retrouve sur les écharpes et les foulards que nous vendent les indiennes. Les rayures de couleurs différentes auraient été imposées par les espagnols de façon à pouvoir distinguer les villageois les uns des autres.

A dozen villages are located around the lake, inhabited by Mayans who have preserved their traditions and sell their crafts to gringos tourists. Panajachel is also known as Gringotenango because of the large number of foreigners who live and work there. The villages are located on the cardinal points reflecting the ancient calendar of the Maya world. Each village has a specific color that is found on scarves sold by Indian women. Stripes of different colors have been imposed by the Spanish to be able to distinguish each other villagers.

 

 

 

Le premier matin, nous prenons le bateau en direction du village de San Antonio Palopo, sur la rive est du lac, peuplé de mayas cakchiquels.

The first morning we took the boat to the village of San Antonio Palopo on the east shore, inhabited by Mayan Cakchiquel.

 
 
 
 

 

San Antonio et sa petite église

 

 

 

 

 

Après quelques achats auprès des nombreuses indiennes et un bref passage dans quelques boutiques, nous visitons la petite église et jetons un œil au marché local.

After a few purchases to many Indian women and a brief stint in a few shops, we visited the church and took a look at the local market.

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Puis nous reprenons le bateau pendant plus d'une heure et traversons le lac pour nous rendre à San Juan La Laguna, village tzutujil, où nous attendent deux guides locaux.

Then we took the boat for more than an hour and crossed the lake to get to San Juan La Laguna, Tzutujil town, where two local guides were expecting us.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous visitons une galerie d'art, déjeunons dans un restaurant tenu par une association de femmes du village, découvrons le travail du coton (filage, tissage, teinture) et une herboristerie où je fais provision d’excellents savons à l’huile de coco.

 

We visited an art gallery, had lunch in a restaurant run by a women's association in the village, discovered the work of cotton (spinning, weaving, dyeing) and a herbalist shop where I bought some excellent coconut oil soap.

 

 

 

 

 

          

 

 

 

 
 

Dans ce village, les femmes sont organisées en coopérative, chacune possède un plant de coton dans son jardin, elles récoltent, teintent le coton avec des colorants naturels, filent, tissent. Les articles sont ensuite vendus à la coopérative, chacun marqué du nom de sa créatrice. Ce n’est pas comme dans le précédent village où les indiennes se tirent dans les pattes !

In this village, women are organized into cooperatives, each of them has a cotton plant in her garden, they harvest, dye the cotton with natural tints, spin, weave. The items are then sold to the cooperative, each bearing the name of its creator. It is not as in the previous village where the Indian women were in competition!

 

 

 

 

 

 
 
 
 

L'herboriste dans son jardin

 

 

 

 

 

J'apprécie tout particulièrement les peintures naïves que l'on trouve un peu partout dans le village et trois petits sacripants me suivent, tout contents de se faire prendre en photo !

I especially liked the naive paintings found around the village and three small kids following me, happy to be photographed!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Promenade retour en bateau vers Panajachel ; dès 16h le temps se refroidit, le ciel qui était d'un bleu immaculé le matin s'est rempli de nuages qui s'accrochent aux reliefs, le vent se lève mais je ne vois pas le fameux tourbillon. A notre arrivée au débarcadère, nous sommes attendus par des indiennes et leurs enfants qui proposent étoffes, jouets en tissus ...

 

Boat ride back to Panajachel, at 16.00 the weather was getting colder, the sky which was perfect blue in the morning was filled with clouds clinging to the reliefs, the wind picked up, but I did not see the famous whirlpool on the waters. Upon arrival at the dock, we were expected by Indian woman and their children selling fabrics, toys...

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 

 

J'ai acheté de jolis jouets en tissus à cette petite fille qui ont eu beaucoup de succès à Noël !

 
 
 

 

 

 

 

Mon carnet de route depuis Panajachel :

http://fenotte2003.wordpress.com/2011/11/06/jour-3-panajachel-et-le-lac-atitlan/

 

Plus d'infos sur la région du lac Atitlan :

http://www.santiagoatitlan.com/Around/around.html