Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Bali
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Bangkok
Palais Royal & Wat Pho
Bangkok - dernier jour
Damnoen Saduak
Ayuttaya
Lopburi
Rizières & Paysages
Phitsanulok
Sukhothai
Lampang
Chiang Mai
Maeping Elephant Village
Sai Nam Phung Orchid Nurs
Chiang Rai & fleuve Kok
Villages montagnards
Le Triangle d'Or
Retour à Lampang
Jomtien
Pattaya
Suan Nong Nooch
Koh Larn
Million Years Stone Park
Sriracha Tiger Zoo
Cuisine Thai
Avis et Conseils
Arnaques en Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 LE MARCHE FLOTTANT DE DAMNOEN SADUAK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Damnoen Saduak (« voyage confortable ») était le canal creusé sous le règne du roi Rama IV (1851-1868) par les militaires et les gens des provinces de Rajburi, Samutsakorn et Samutsongkram, sous la direction de Phayasrisuriyawong, ministre de la Défense. A cette époque, le transport était presque inexistant en raison de l’absence de rivières et de canaux. Préoccupé par la future croissance économique de son pays, Rama IV a fait creuser ce canal pour relier la rivière Taachin dans la province de Samutsakorn et la rivière Maklong dans la province de Samutsongkram.

 

Aujourd'hui la petite ville de Damnoen Saduak fait partie de la province de Rajburi ; elle est célèbre pour son marché flottant qui attire de nombreux touristes. Cet engouement lui a probablement fait perdre de son authenticité.  Beaucoup de personnes, essentiellement des agriculteurs, vivent le long des deux côtés du canal, ils cultivent fruits et légumes : oranges, raisins, papayes, choux, haricots, oignons ... La terre de cette région est naturellement fertile. Outre le transport, le canal de Damnoen Saduak apporte aux paysans locaux l'eau nécessaire aux cultures par l’intermédiaire de plus de 200 petits canaux qu’ils ont creusés. Ceux-ci leur permettent également de transporter leurs produits jusqu’aux marchés des provinces voisine et de Bangkok.

 

Chaque matin, de 6h à 13h, le marché flottant est régulièrement encombré de centaines de vendeurs et acheteurs dans leurs bateaux à rames, vendant, achetant ou échangeant leurs marchandises. Il s’agit essentiellement de nourriture, fruits et légumes venant pour la plupart de leurs propres vergers. Ils se déplacent habituellement en bateaux à rames ou également dans des chaloupes à moteur. Après 9h, ce sont des cars entiers de touristes qui débarquent.

 

Damnoen Saduak se trouve une centaine kilomètres de Bangkok.

 

Le marché se visite à pied le long des canaux ou en bateau. Il y a trois marchés flottants : Ton Khem, Hia Kui et Khun Phithak.

 

 

 

Levés aux aurores (5h45) le lendemain de notre arrivée en Thaïlande, nous nous arrêtons en cours de route visiter une maison sur pilotis et c'est donc à 9h bien sonnées que nous arrivons à Damnoen Saduak où nous embarquons d'abord sur une pirogue à moteur qui nous emmène par les canaux jusqu'au marché que nous visitons à pied.  

 

Il y a certes des touristes, mais nous sommes à la fin de la saison des pluies et c'est donc une période calme, pas de hordes de touristes sortant des autocars appareils photos et caméscopes au poing !

 

Dommage que la visite de la maison sur pilotis n'ait pas été effectuée au retour, nous aurions peut être vu un marché plus authentique ! 

 

 

 

 

 

Raised at dawn (5:45) the day after our arrival in Thailand, we stopped along the way to visit a house on stilts and got to Damnoen Saduak at 09.00 AM where we embarked on a motor pirogue that took us through the canals to the market we visited on foot.

 

There were tourists, but we were at the end of the rainy season which is a quiet period, no hordes of tourists coming from coaches cameras and camcorders in hand!

  

It is a pity that the visit to the house on stilts was not made on our return to Bangkok, we might have seen a more genuine market! 

 

 

 

 

 

 

 

Diaporama photo de la maison sur pilotis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://vimeo.com/58905655

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous pensions à tort que les pilotis n'étaient là que pour parer à d'éventuelles inondations car la maison que nous avons visitée était au bord d'un cours d'eau. Pas du tout ! Notre guide nous a expliqué qu'ils servaient surtout à rafraîchir la maison en permettant à l'air de circuler tout autour, une sorte de climatisation naturelle en sommes.

 

 

 

We believed that the piles were only there to deal with any flooding because the house we visited was at the edge of a stream. Not at all, we were wrong! Our guide told us that they were primarily used to cool the house by allowing air to circulate, a sort of natural air conditioning.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diaporama photo de la promenade en pirogue et du marché flottant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les vidéos de la promenade en pirogue et du  marché flottant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://vimeo.com/58908353

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://vimeo.com/58907734

 

 

 

 

 

 

A côté du pont d'où je filme la seconde partie de ma vidéo, se trouvent des marchands de vêtements, nous y faisons un tour avant de repartir et trouvons de jolies tuniques d'inspiration indienne que nous arrivons à négocier, non sans mal, avec le vendeur.

 

 

 

Next to the bridge where I filmed the second part of my video, there were clothing merchants, we had a look before leaving and found nice Indian-inspired tunics that we could negotiate, not without difficulty, with the seller.