Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
Vienne
Vienne, suite
Vienne, ruines romaines
Les Roches de Condrieu
Fontaines pétrifiantes
Petit train de La Mure
La Bastille de Grenoble
Crémieu
Saint Antoine l'Abbaye
Saint Chef en Dauphiné
Joe Cocker à Vienne
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
Le village et le château delphinal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Crémieu

 

 

 

Août 2009

 
 
 
 
 
 
 
 

Crémieu est une petite ville médiévale du Nord Isère, située à 12 kilomètres de l'aéroport de Lyon Saint Exupéry. C'est l'ancienne ville de résidence des comtes du Viennois.

 

Crémieu is a small medieval town in northern Isère, located 12 km from Lyon St Exupery airport. It is the ancient city of residence of the counts of Viennois.

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

 

 

 

Au XII° siècle, un prieuré bénédictin a été construit au sommet des falaises de St Hippolyte. Ce monastère a été abandonné ensuite. Il ne reste que des ruines de l’église. Subsistent aujourd'hui la porte carrée, entrée du prieuré et une tour ronde, où a été installée l’horloge de la ville, qui surplombe la falaise et domine la cité.

La première ville s’est implantée au long du XIII° siècle sur les pentes sud de la colline St Laurent que domine le château delphinal construit à la fin du XII° siècle par les barons de la Tour du Pin. Il a été reconstruit à la fin du XIII°– début du XIV° siècle et il était en ruines dès le milieu du XVI°. Il a été restauré en partie en 1904 et appartient à des propriétaires privés. Devant son entrée, on peut admirer, depuis une petite place, la vue sur la ville et la colline St Hippolyte.

En 1337, la création d’un atelier de monnaie a permis à la ville un essor exceptionnel.

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Le cloître

 

 

 

 

 

En 1434, a été entreprise l’édification d’une vaste enceinte fortifiée, sur environ 2 km avec neuf portes et 14 tours, englobant le château delphinal, la ville ancienne, les falaises de St Hippolyte et l’emplacement de la nouvelle ville en contre bas à côté du couvent des Augustins.

La halle (classée en 1906) a été construite en deux fois au début du XIV° siècle, elle a remplacé le marché vieux. Les arbres qui ont servi à la construction de sa charpente ont été abattus en 1434. Les mesures à grains que l’on peut voir dans la halle sont composées de quatre vasques taillées dans la pierre. Elles étaient utilisées lors des foires et des marchés.

Sous le règne de Louis XII (1498-1515), la ville consolide son rôle de centre de commerce du grain entre la France, la Savoie et l’Italie.

Au XVII° siècle, l’activité commerciale a faibli et les confréries religieuses se sont installées : les Capucins (1615), les Pénitents Blancs (1619), les Visitandines (1627), les Ursulines 1633), l’hôpital Notre Dame du Reclus (1675).

Le couvent des Augustins a été fondé dans la ville neuve en décembre 1317 par le dauphin Jean II. Le cloître, lui, date de 1640 environ.

L’église St Jean Baptiste que nous avons visitée est l’ancienne chapelle des Augustins.

Le couvent des Visitandines a été construit entre 1632 et 1684. Cette congrégation était au service des pauvres et des malades et elle a quitté le couvent à la révolution. Les bâtiments ont été rachetés par la commune qui y a regroupé les services hospitaliers dans les années 1823-1864.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mairie

 

 

 

 

 

Suite à la suppression des foires annuelles en 1702, la ville a développé au XVIII° siècle l’industrie textile et du cuir : en 1710 les tanneries, cordonneries, filatures et carderies de laine et de chanvre occupaient près du quart de la ville.

Au siècle suivant, les ruines du château et des remparts ont attiré les paysagistes autour de Corot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les portes de la ville :

  • La porte de la loi (classée en 1926), sur la deuxième enceinte fortifiée édifiée au XIV° siècle. Son toit est couvert de lauzes.

  • La porte neuve, dite de François Ier (classée aussi en 1926), aménagée au XVI° siècle dans une ancienne tour. Son nom se réfère aux nombreux passages du roi durant les guerres d’Italie et son long séjour dans la ville en 1536. Elle était protégée par des mâchicoulis et une canonnière.

 

 

 

 
 
 
 
 

Le village et le prieuré St Hippolyte

 

 

 

 

 

La chapelle de l’hôpital St Antoine : l’hôpital de Crémieu est connu sous le nom d’hôpital St Antoine depuis 1421. En 1792, il ne possédait que 8 lits : 4 pour les hommes et 4 pour les femmes. Les deux chapelles jumelées ont été transformées en remise après cette date.

La maison des trois pendus : c’est la plus ancienne demeure de Crémieu. Elle doit son nom à la présence de têtes sculptées qui ornent les chapiteaux de la fenêtre médiévale. Elle était connue en 1327 sous le nom de maison de Martinas et aurait appartenu à cette époque aux Dauphins.

 

 

 

 

 

 

 

 

NOTRE DIAPORAMA PHOTOS - Août 2009

 

 

 

 

 

 

http://vimeo.com/72477498

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre vidéo prise depuis la colline St Hippolyte en fin d'après-midi

 

 

 

 

 

 

 

http://dai.ly/xad1xw

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel :

http://www.ville-cremieu.fr