Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Bali
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Chengdu
Chengdu - suite
Chengdu - fin
Sichuan University Museum
Les Pandas
Le musée Sanxingdui
Dujiangyan
Meishan
Jiajiang
Emeishan
Leshan
Qiaogou
Luocheng Ancient Town
Yibin et la Mer de Bambou
Xianshi Ancient Town
Zigong
Longchamp
Dazu - Baodingshan
Dazu - Beishan
Piludong Rock Carvings
Grotte de Yuanjue
Huanglongxi
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
 Chengdu - fin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le temple des chèvres de bronze – Qingyang Taoist Temple, Chengdu

 

 

 

Situé près de la rivière Jinjiang, il est réputé comme le plus grand temple taoïste de l’ouest du Sichuan et connu au niveau national et touristique. Il a d’abord été construit sous la dynastie Zhou et a changé de nom à plusieurs reprises.

 

Durant la première année du règne de Zhonghe (881), l’empereur Tang y a trouvé refuge pour éviter la rébellion de Huang Chao. Pour exprimer sa gratitude, il a financé la construction des sanctuaires et des halls à grande échelle et a nommé le temple Qingyang Gong. Sous la dynastie Ming, les temples ont été détruits par les catastrophes naturelles et les guerres. Le temple aujourd’hui est le résultat de reconstructions successives durant les années six à dix du règne de l’empereur Kangxi de la dynastie Qing (1667 – 1671).

 

Selon la légende, Laozi, le fondateur mythique du taoïsme, serait apparu sur le site en jeune berger accompagné de deux chèvres, Qingyang signifiant « chèvre noire ».

 

Selon une autre légende, les immortels Lü Dongbin et Hanxiangzi seraient descendus dans les jardins à l’est du temple, ce qui a provoqué la construction de nouveaux bâtiments durant le règne de Kangxi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’une des deux chèvres en bronze devant le temple est un animal imaginaire combinant les douze animaux du zodiaque chinois (rat, bœuf, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien et cochon). Elle possède des oreilles de souris, le nez d'un bœuf, les griffes d'un tigre, la bouche d'un lapin, la corne d'un dragon, la queue du serpent, le visage d'un cheval, la barbe d’une chèvre, les yeux d'un poulet, le ventre d'un chien et les cuisses d’un cochon.

 

 

Les chinois aiment bien toucher ces statues à l’endroit où ils ont mal en espérant la guérison. Je n’ai pas manqué à la règle et soigneusement frotté mes genoux !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le Pavillon des huit trigrammes, de forme octogonale, a été construit sans clou ni cale.

 

 

 

Diaporama photos

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A la sortie du temple, petite leçon de gymnastique chinoise (j'ignore de quelle discipline il s'agit (tai chi peut-être ?). Je serai bien restée plus longtemps à le regarder !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Kuanzhai Xiangzi, les ruelles de Kuanzhai – Wide and narrow alley

 

 

 

Ce sont trois ruelles parallèles : Kuan, la ruelle large, Zhai, la ruelle étroite et Jing, celle du puits, qui datent de la dynastie Qing (1644-1911). Elles ont été rénovées pour devenir des ruelles culturelles et commerciales de 2003 à 2008 et attirent de nombreux touristes dans leurs restaurants, salons de thé, boutiques …

 

 

 

 

 

 

Diaporama photos

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chengdu Shu Brocade and Embroidery Museum – L'Institut de la Broderie Shujin

 

C’est le seul lieu professionnel en Chine qui expose tous les procédés de brocart Shu tissés à la main et raconte l’histoire et la culture du brocart et de la broderie Shu. Il s’étend sur plus de 3.000 m2, possède des collections de brocarts et de broderies des différentes dynasties et divers métiers à tisser dont le métier Shu Brocade Hualou qui mesure 6m de long, 5m de haut et 1.5m de large et où travaillent deux tisserands.

 

 

 

 

 

Diaporama photos

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La vidéo du métier à tisser
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mon carnet de route :