Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Bali
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
La Antigua Guatemala
Antigua photos & vidéo
Panajachel, Lac Atitlan
Lac Atitlan photos vidéos
Chichicastenango
Coban
Ceibal
Rio Pasion
Flores
Tikal
Lac Izabal & Rio Dulce
Livingston
Quirigua
Quirigua, bananeraies
Guatemala City
Honduras
Copan, le site
Copan, nos photos
Copan Ruinas
Gastronomie Maya
Avis circuit
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 
 
 
 

El Ceibal – Seibal

 

 

 

 

 
 
 
 

Ceibal, El Ceibal ou encore Seibal est un site archéologique maya situé à proximité du Rio Pasion, dans le sud du département du Peten, au Guatemala. Il a été créé au Préclassique Moyen, vers 800 avant JC.

En 735, le souverain de Dos Pilas, site maya rival situé dans le Petexbatun (département du Peten), a capturé le roi de Ceibal, Yichak ak Balam, la ville est devenue vassale pendant 150 ans et ses anciens monuments sculptés ont été détruits.

Le site a connu son essor au IX° siècle, au moment où les cités mayas des Basses-Terres du sud étaient en déclin. Il a vraisemblablement été abandonné après les années 900. Il a été découvert par Teoberto Maler au début du XX° siècle.

Le nom du site vient de ceiba en espagnol, un grand arbre pouvant atteindre 70m de haut, également appelé fromager (le fameux arbre à palabres que nous avons vu au Sénégal). Le ceiba pentandra ou kapokier est l'arbre national du Guatemala.

Pour atteindre le site archéologique, nous abandonnons le car pour grimper dans deux pickups devant un groupe d'enfants curieux qui nous tournent autour en criant "foto, foto" ! Je ne me fais pas prier ! Ici des touristes, ils n'en voient pas des pleins autocars tous les jours. Nous ne croiserons d'ailleurs que très peu de personnes sur le site proprement dit.

 

 

 

 

 

 

Seibal or Ceibal is a Mayan archaeological site located near the Rio Pasion, in the southern department of Peten, Guatemala. It was created in the Middle Preclassic, circa 800 BC.

In 735, the ruler of Dos Pilas, rival Mayan site located in the Petexbatun (Department of Peten), captured the king of Ceibal, Yichak ak Balam, the city became a vassal for 150 years and its ancient carved monuments were destroyed.

The site flourished in the ninth century, when the Mayan cities of Southern Lowlands were declining. It was probably abandoned after the years 900. It was discovered by Teoberto Maler at the beginning of the twentieth century.

The site's name comes from the Spanish ceiba, a large tree up to 70m high, also called kapok tree (the famous palaver tree that we saw in Senegal). Ceiba pentandra ceiba or is the national tree of Guatemala.

To reach the archaeological site, we abandoned the coach to climb in two pickups in front of a group of curious children shouting "foto foto!". There were very few tourists on the site itself.

 

 
 
 
 
                    
 
 
 
 
                                 
 
 
 
 
 
 
 

Le pick-up emprunte des pistes qui ne sont pas des plus carrossables et il faut s'accrocher à deux mains aux barreaux car ici pas de siège, je suis en plus à l'arrière du véhicule qui n'est pas fermé ! Ce n'est donc pas optimal pour photographier ou filmer le paysage !

 

The pickup borrowed tracks that were not very good and we had to cling with both hands to the bars because there were no seats, I was at the rear of the vehicle which was not closed! This was not optimal for photographing or filming the landscape!

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Arrivés sur place, des gardes locaux remettent une sorte de petit chaudron portatif à notre guide qui émet une fumée épaisse chargée d'éloigner les moustiques, qu'il va porter durant toute notre promenade. On s'est bien sûr badigeonnés de lotion contre ces petites bestioles. Le temps est humide et pluvieux, on met les k-ways un moment mais il fait trop moite pour les supporter longtemps et de toutes les façons, dès qu'on est à l'abri sous la canopée, plus besoin d'imper ou de parapluie. On entend les singes hurleurs dans les arbres, on les devine plus qu'on ne les voit. J'ai écouté le guide au pied et à la lettre, il a conseillé de laisser un maximum de choses dans le car, n'emportant que l'appareil photo et le k-way, mais du coup j'ai oublié ma canne de marche qui va bientôt me faire cruellement défaut et surtout mes lunettes de vue, restées dans mon sac à dos, qui m'auraient été bien utiles sur les chemins un peu trop ombragés.

 

Once there, local guards gave a kind of small portable cauldron to our guide which emitted a dense smoke for repelling mosquitoes, he had to wear it throughout our walk. We had of course put some lotion against these critters. The weather was humid and rainy, we put the k-ways for a while but it was too moist to bear it for a long time and anyway, as soon as we sheltered under the canopy, there was no more need for a raincoat or an umbrella. We could hear the howler monkeys in the trees, guess more than see them. I had listened to the guide who had advised us to let a maximum of things in the coach, only taking the camera and the raincoat. And so I had left my walking stick that would have been pretty useful and worst I had forgotten my glasses in my backpack, which I really missed on the path a little too shady.

 

 

 

 

Au début tout va bien, la marche est facile.

At first everything went well, walking was easy.

 

 

 

 

 
 
 

Structure pyramidale A3

 

 

 

 

 

 

 
Détail d'une stèle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'observatoire

 

 

 

 

C'est en fin de promenade que cela se corse, lorsque nous devons descendre en direction du Rio Pasion où nous attend la lancha qui va nous emmener pour une belle promenade sur le fleuve, pour récupérer bien plus loin notre car. Le chemin est mouillé, pentu, moussu, caillouteux, plein de racines, raviné par la pluie et il fait sombre ! Tout ce que j'aime, avec mes problèmes de genoux et de pieds ! Super, en plus, quand on n’a pas ses lunettes ni sa canne de marche, on me la copiera ! Heureusement que quelques messieurs se montrent très gentlemen et viennent me prêter main forte ! Mes genoux n'ont pas trop aimé l'exercice mais ils ont tenu bon ! Enfin je n'ose imaginer ce qui se serait passé si quelqu'un s'était blessé en se tombant, à quelques heures à peine de la nuit et dans un lieu aussi reculé !!! J'étais quand même contente, a posteriori, d'entendre d'autres personnes dire que l'exercice avait été difficile !!!

 

It was at the end of the walk that things became difficult, when we had to get down towards the Rio Pasion where the lancha was expected us for a beautiful ride along the river. The path was wet, steep, mossy, stony, full of roots, furrowed by the rain and it was dark! I hated it without my glasses and a walking stick to help me! Fortunately, some gentlemen came and lent me a hand! My knees were not too fond of this kind of exercise but they held good! Finally I cannot imagine what would have happened if someone had been injured falling on that path a few hours before the night in a remote place! I was happy, in retrospect, to hear other people say that the exercise was difficult!

 

 

 

 

 

 

 

Le diaporama photo

Quelques photos prises sur la route, puis notre visite du site

 

 

 

 

 

 

http://vimeo.com/63453968