Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Manille
Manille - suite
Lac Taal
Bacolor
Dalton Pass
Banaue
Bontoc et Sagada
Bessang Pass
Vigan
Batac, Paoay et Laoag
Bohol
Panglao
Pamilacan
Cebu City
Avis Circuit Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
 
 

Batac, Paoay et Laoag

 
 
 
 
 
 
 

BATAC

 

 

Batac est une ville située dans la province d’Ilocos Norte au nord ouest de l’île de Luzon. Elle a été fondée par les Augustins en 1587 sous le patronage de l’Immaculée Conception

 

 

Ferdinand Marcos Presidential Center

 

C’est l’ancienne demeure familiale de la famille du dictateur Ferdinand Marcos dans sa ville natale et aujourd’hui un musée privé à sa mémoire.

 

Ferdinand Marcos est mort en exil aux Etats Unis le 28 septembre 1989. L’état philippin ayant refusé à sa famille l’enterrement dû à un héros militaire et ancien président, sa dépouille embaumée est conservée dans un mausolée situé tout à côté, dans un cercueil en verre réfrigéré, portant ses médailles militaires, entouré de fleurs artificielles.

 

Ce mausolée se visite sous haute surveillance et les photos y sont strictement interdites. Le corps a été recouvert d’une pellicule de cire pour des raisons de conservation mais de nombreux philippins pensent, à tort ou à raison, qu’il s’agit d’une réplique en cire.

 

http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/29/le-fantome-de-marcos-rode-toujours

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bahay Ti Ili (Marcos Mansion), au bord du lac de Paoay, est aussi appelé  Malacañang of the North (Malacañang ti Amianan), en référence à la résidence officielle de l’ancien président, Malacañang Palace, située à Manille.

 

Au cœur de Batac, c’est  l'une des propriétés appartenant à l'ancien président philippin Ferdinand Marcos et un musée ouvert au public depuis 2011.

 

Il a été bâti en mélangeant le style des maisons coloniales espagnoles de Vigan et de l’architecture Llocano et a été offert par Imelda Marcos à son mari pour son soixantième anniversaire.

 

Le bureau lambrissé a servi au père de Marcos durant son mandat de membre du congrès, puis à Marcos lui-même comme membre du congrès, puis président, et enfin à ses enfants : sa fille, Imée Marcos, lorsqu’elle était membre du congrès de Batac, et Bongbong Marcos, son fils, lorsqu’il est devenu gouverneur de Ilocos.

La grande maison présente des souvenirs de la famille, surtout du service militaire de Marcos pendant la Seconde Guerre mondiale, sa carrière politique et ses 20 ans de présidence.On peut y voir une exposition de photographies et de portraits de famille, 33 statues grandeur nature de Marcos habillés dans différentes tenues, les plaques d'immatriculation de ses voitures lorsqu’il était congressiste, et des lettres qu'il a écrites aux Philippins durant son exil à Hawaï.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PAOAY

 

 

La ville s’est d’abord appelée Bombay, ses premiers habitants seraient  venus d’Inde. Elle est devenue paroisse des Augustins en 1686.

 

 

Le lac de Paoay 

 

Selon la légende, San Juan de Sahagun, un « baranguay » prospère, la Sodome et Gomorrhe philippine, aurait été ensevelie au fond du lac lors d’un tremblement de terre par la colère de Dieu. Les gens de la région pensent que les poissons qui vivent au plus profond du lac portent des boucles d’oreilles et des couronnes, ce serait les habitants de la cité disparue.

 

 

L’église St Augustin (Paoay church) a été construite par les Augustins à partir de 1694. Elle a été endommagée en 1865 et en 1885 par des tremblements de terre et restaurée. Son style est un mélange de baroque, gothique et oriental : façade gothique, pignons avec des éléments chinois, niches d’influence javanaise au sommet des murs. Elle a été adaptée aux conditions sismiques de la région avec l’utilisation de 24 énormes contreforts en forme d’escalier de 1,67m d’épaisseur sur les côtés et l’arrière du bâtiment. Ses murs sont faits de grosses pierres de corail sur les parties inférieures et de briques au niveau supérieur. Le mortier utilisé contient du sable et de la chaux mélangés à du jus de canne à sucre qui a bouilli avec des feuilles de mangue, du  cuir et de la paille de riz qui rappelle le style javanais. A l’origine, le toit de l’église était en chaume.

 

Le clocher, haut de trois étages, est construit en corail, à côté de l’église, en forme de pagode. Il a servi de poste d’observation aux révolutionnaires philippins contre les espagnols en 1898 et aux guérilleros philippins contre les soldats japonais durant la seconde guerre mondiale.

 

Trésor culturel national, l’église est inscrite au patrimoine de l’Unesco en tant qu’église baroque des Philippines depuis 1993. Le gouvernement local pense à la réaménager et à reconstruire le couvent de l’église en ruine.

 

Durant des fouilles à l’intérieur de l’église en 2000, un squelette humain datant de la préhistoire et des fragments de céramique ont été découverts. Ils sont exposés au musée national.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LAOAG

 

 

L’église St William a été construite en 1612 par les Augustins à la place d’une chapelle en bois. Elle a été endommagée par un incendie en 1843 et restaurée. Elle a été occupée par les révolutionnaires en 1898 et par les forces américaines en 1899. En 1936, la façade a été rénovée avec un enduit à la chaux. Elle est devenue cathédrale lors de la création du diocèse de Laoag en 1961 et a été rénovée au début des années 70. Elle a été légèrement endommagée par le tremblement de terre de 1983.

 

La cathédrale est de style Renaissance Italienne, avec une façade à deux étages soutenue par deux paires de colonnes de chaque côté de l’entrée. En haut de la façade, une niche contient l’image du saint patron de la ville, St Guillaume l’Ermite. Les fenêtres sont en capiz (coquillage) avec des panneaux en fer forgé.

 

L’église possède un grand retable et deux petits sur les côtés. Sur le bas du grand retable, se trouve aussi une image de St Guillaume.

 

L’église est renommée pour son clocher qui s’enfonce d’un pouce par an (soit environ 2.5 cm) dans le sol. De style « baroque tremblement de terre », il a probablement été construit après le séisme de 1707. Il est fait de briques jointes entre elles par un mélange à base de mélasse, de jus de feuilles de litsée glutineuse( un arbre philippin), de chaux et de sable et renforcé par quatre colonnes massives à chaque coin. Un escalier en colimaçon mène au clocher. Il y avait autrefois une grande horloge sur la face ouest de la tour. 

 
 
 
 
 
 
Diaporama photos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous embarquons dans l'après-midi pour notre vol de retour vers Manille.
 
 
 
 
Quelques photos aériennes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mon carnet de route :