Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Lima
Paracas & îles Ballestas
Ica
Nazca
Arequipa
Canyon de Colca
Canyon de Colca - suite
Lac Titicaca
Puno
Machu Picchu
La vallée sacrée
Cuzco
Environs de Cusco
Avis et conseils Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site

AVIS ET CONSEILS

 

 

 

 

AVIS

 

 

Le Pérou est une destination magnifique, un pays superbe et accueillant. Deux circuits sont en général proposés par les tour-opérateurs français : avec ou sans les îles Ballestas et Nazca et avec un ou deux jours au lac Titicaca.

 

Si vous choisissez un circuit court, vous prendrez un vol direct Lima – Arequipa et passerez tout de suite d’une altitude quasi nulle (154 mètres), à 2.335 mètres. Si au contraire vous choisissez, comme nous, de visiter les îles Ballestas et d’admirer les lignes de Nazca, vous monterez progressivement en altitude, mais il vous faudra supporter quasiment 1.000 km d’autocar en plus. C’est le prix à payer, mais franchement je ne regrette pas mes kilomètres !... Deux nuits au lac Titicaca, c’est aussi l’opportunité de passer une nuit chez l’habitant dans une communauté villageoise. C’est rustique mais cela vaut le détour et cela fait de bons souvenirs !

 

Notre circuit de 15 jours (13 nuits) était proposé sur le catalogue de comités d’entreprise de différentes sociétés. N’étant pas membre mais partant avec une amie d’enfance qui l’était, j’ai pu l’accompagner moyennant un surcoût de 248€.

 

 

Nos hôtels étaient des trois étoiles et j’ai été franchement globalement déçue par la qualité des hôtels péruviens que j’ai trouvés, dans leur ensemble, très moyens (taille des chambres parfois très exiguë en single et même pour deux personnes, ameublement sommaire, confort limite, salle de bains, chauffage). Nous avons passé deux nuitées consécutives dans la plupart de nos hôtels. J’ai bien sûr dû m’acquitter du supplément pour chambre individuelle (280€). Sur l’Altiplano, en hiver, les restaurants ne sont pas toujours chauffés ou mal chauffés, idem pour les chambres d’hôtels où les radiateurs sont parfois absents ou non proportionnés à la taille de la pièce. Dans ce dernier cas, on est finalement content d’avoir une toute petite chambre !... Les produits mis à notre disposition dans la salle de bains sont minimalistes : un mini-savon, une dose de shampooing et il n’y a pas toujours de sèche-cheveux à disposition.

 

 

 

En ce qui concerne les repas :

 

N’attendez pas de super buffets au petit déjeuner, le choix est souvent très limité. Nos déjeuners et dîners étaient soit servis à la place, soit sous forme de buffets, relativement variés. J’étais surprise de ne pas manger plus souvent du quinoa, par contre le riz, les pommes de terre, les pâtes ont la part belle. Les péruviens cultivent 2.500 espèces différentes de pomme de terre et 35 de maïs ! Nous avons goûté au cochon d’Inde (cuy), je n’en garde pas un souvenir impérissable. J’ai par contre adoré le ceviche (plat à base de poisson cru), la viande d’alpaga qui est très savoureuse, le cochon grillé, la truite du lac Titicaca. Nous avons aussi mangé des avocats fabuleux ! Peu de desserts, les péruviens n’ont pas l’habitude, ils boivent sucré à la place, de la Chicha Morada, cette boisson à base de maïs violet ou l’Inca Kola, boisson gazeuse jaune sucrée qui a un peu le goût d’un chewing-gum malabar. Comme dans beaucoup de pays, les fruits sont en général servis au petit déjeuner (fruits entiers ou en salade), rarement en dessert aux autres repas.

 

Le réveil était souvent matinal et le déjeuner tardif, il est donc parfois utile de se prendre un petit casse-croûte au buffet du petit déjeuner pour le milieu de matinée, du style un petit sandwich au fromage ou une part de gâteau ou encore une banane.

 

Nous avons goûté à plusieurs reprises le vin péruvien, sans excès, blanc et rouge et avons eu une nette préférence pour le second.

 

Ne quittez pas le Pérou sans tester au moins une fois le Pisco Sour, un excellent cocktail à base de Pisco (eau de vie de raisin), de jus de citron vert, d’angostura bitter et de blanc d’œuf. On trouve plein de recettes sur le net. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela se boit comme du petit lait, un peu comme la sangria, donc attention !!!

 

Chose importante, contrairement à certains pays, il n’y a pas de petite bouteille d’eau minérale mise gracieusement à votre disposition dans les chambres pour vous laver les dents par exemple. Il faut acheter son eau, de préférence à l’extérieur de l’hôtel pour la payer un prix raisonnable. Dans les restaurants, la petite bouteille d’eau est parfois très chère d’ailleurs !

 

Vous aurez parfois droit à un spectacle de musique ou de musique et de danse pendant le dîner au restaurant et le droit ensuite d’acheter le cd de musique vendu par les musiciens. J’en ai rapporté plusieurs de mon voyage pour servir de fond sonore à mes diaporamas photos, tous ne sont pas d’une qualité sonore extraordinaire, il vaut mieux le savoir !

 

 

Bagages :

 

Le poids autorisé pour votre valise en soute est de 23 kilos par personne (chez Air France).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONSEILS

 

 

Pour lutter contre le mal de l’altitude (soroche ou MAM, Mal Aigu des Montagnes)

 

 

 

 

 

Notre guide nous a donné les conseils suivants :

 

- ne pas se fatiguer inutilement, c’est-à-dire aller à son propre rythme, ne jamais courir, ne pas porter des charges lourdes, laisser sa valise aux bons soins du bagagiste de l’hôtel, ne pas prendre l’escalier s’il y a un ascenseur.

 

- beaucoup boire, soit de l’eau minérale plate en bouteille, soit des boissons énergisantes du style Powerade, Gatorade … qui aident à tenir le coup et donnent moins envie d’uriner que l’eau minérale.

 

- manger léger, en particulier pour le dîner, en évitant tout particulièrement les viandes (surtout la rouge), longues à digérer. Eviter l’alcool. En altitude, la digestion se fait de manière très lente et si on mange trop copieusement au dîner, on a du mal à dormir.

 

- en ce qui concerne la prise de coca, il nous a déconseillé de mâcher les feuilles de coca. Achetées dans la rue, il faut impérativement rincer les feuilles à l’eau minérale car elles ne sont pas propres. Il nous a expliqué que le fait de garder cette boule de feuilles dans la bouche pouvait provoquer des irritations / blessure de la gencive. A la place de la feuille à chiquer, il nous a conseillé les bonbons à la coca ou les gâteaux à la coca (excellents petits cookies). J’avoue que j’ai vraiment eu du mal avec le premier bonbon à la coca que j’ai testé, j’ai cru que j’allais le recracher tout de suite tellement le goût m’a déplu au premier abord ! Mais cela aide, c’est indéniable ! J’avais aussi des granules homéopathiques de coca que le médecin m’avait prescrit. Notre guide nous a également conseillé de supprimer le café et de le remplacer par une infusion de maté de coca à consommer plusieurs fois par jour, les hôtels en fournissent aux repas avec de l’eau chaude. Personnellement j’ai bien aimé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans certains cafés, on peut même trouver du trimate, une infusion avec des feuilles de coca et d'autres herbes dont du thym péruvien si je me souviens bien.

 

 

 

 

 

 

                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

- sucer des bonbons car le sucre aide à lutter contre le mal d’altitude. Les péruviens vendent des petits paquets de bonbons à différents parfums, ceux que j’ai essayés à la Chicha Morada étaient excellents.

 

- en altitude, on peut être sujets à des maux de tête, à des nausées, des vomissements, des diarrhées, ce qui a été mon cas à 5.000 mètres et celui de plusieurs membres du groupe à un moment ou à un autre de notre voyage (y compris le dernier jour !). Pour les maux de tête, il faut bannir tout ce qui contient de l’aspirine pour éviter de trop fluidifier le sang. En altitude, on a souvent le nez qui coule et lorsqu’on se mouche, on trouve de petits caillots de sang dans le mouchoir, ce qui est normal. En cas de prise d’aspirine, on peut se retrouver avec un bon saignement de nez ; en cas de blessure aussi ! Il vaut donc mieux utiliser de l’ibuprofène pour les maux de tête, très efficace en ce qui me concerne. Il faut donc également prévoir un anti-diarrhéique et un anti-vomitif.

 

Le médecin m’avait prescrit du Diamox, efficace en cas de problème respiratoire, mais je n’en ai pas eu besoin, je ne me suis jamais sentie oppressée, n’ai jamais eu du mal à respirer. Lorsque l’on grimpe un sentier pentu ou des marches en randonnée, on a vite le souffle court en altitude, mais il suffit de ralentir la cadence ou de s’arrêter un moment pour souffler et respirer à grandes inspirations / expirations.

 

Le mal d’altitude touche les jeunes comme les vieux, les sportifs comme les sédentaires, les hommes comme les femmes, il n’y a pas un profil type qui soit épargné mais tout le monde n’est pas malade ou cela peut être juste très léger et passager. J’appréhendais beaucoup avant mon départ, étant très sujette aux maux de tête et ayant lu tout et son contraire sur le net. Hormis quelques maux de tête qui ne sortaient pas de mon ordinaire et un épisode vomissements / diarrhées pas trop long ni trop pénible, je n’ai pas été plus malade que cela.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres indispensables à mettre dans sa valise :

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajoutez aussi à votre trousse de secours un bon collyre car en altitude on a les yeux secs et irrités, le sérum physiologique ne suffit pas. N’oubliez pas une crème solaire avec un indice de protection fort et un stick pour les lèvres de qualité, vos lunettes de soleil.

 

Une lotion anti-moustique peut être utile. J’ai été piquée à deux reprises aux bras alors que j’avais les bras couverts de jour comme de nuit, je ne sais pas comment ces petites bestioles s’y sont prises mais j’avais deux boutons avec un bleu autour ! Prévoyez donc aussi une crème contre les piqures d’insectes.

 

 

 

 

 

Quels vêtements emporter si vous partez comme moi en hiver au Pérou ? (leur hiver, je rappelle, c’est notre été) 

 

 

Prévoyez des pulls et des vestes, de préférence polaires car c’est léger dans les valises, des t-shirts, un coupe-vent du style K-way, un pyjama d’hiver, des chaussettes chaudes, de bonnes chaussures de marche. Sur place, vous pourrez acheter des gants ou mitaines en laine d’alpaga, des bonnets, des pulls ou vestes en laine d’alpaga ou de baby alpaga (plus cher), des chaussettes … Sur l’Altiplano, en hiver, il fait très froid la nuit (du style 0°C) et donc également le matin de bonne heure. Dans la journée la température s’élève et il peut faire 25°C l’après-midi mais si on est bien au soleil, il fait un peu frais dès qu’on est à l’ombre. De fait, durant nos deux semaines de circuit, je n’ai pas souvent été en t-shirt bien qu’il fasse beau, c’était t-shirt et veste polaire non zippée l’après-midi. Attention, la nuit tombe de bonne heure et dès que le soleil se cache / couche, la température tombe vite.

 

N’oubliez pas votre maillot de bain pour aller vous baigner dans les thermes d’eau chaude, c’est un vrai plaisir ! Notre hôtel nous avait fourni la serviette de bain pour nous essuyer.

 

Tous les hôtels n’ont pas forcément des radiateurs dans les chambres, n’hésitez pas à en réclamer un à la réception. Parfois les couples avaient de grandes chambres mais un tout petit radiateur et certains se sont plaints du froid ! Certains restaurants n’étaient pas chauffés ou mal chauffés et il est arrivé plus d’une fois que nous prenions un petit déjeuner ou un repas tout habillés !

 

 

Pour la nuit chez l’habitant au lac Titicaca, pas de chauffage, prévoir plusieurs pulls à enfiler sur le pyjama, une grosse paire de chaussettes chaudes, éventuellement des gants en laine et un bonnet si vous êtes frileux et pensez aussi à emporter une lampe torche. Prévoyez aussi des lingettes car pas de salle de bain, pas d’eau chaude, il faudra vous débarbouiller de façon sommaire ! Juste avant d’embarquer à Puno, vous pourrez acheter quelques présents pour la famille qui va vous héberger. Cela peut être un ballon, des billes, des stylos pour leurs enfants, un paquet de riz pour la famille. Il ne faut pas leur porter des bonbons car ils ne vont pas chez le dentiste donc attention les caries. Mais vous pouvez aussi leur apporter quelque chose de France qui supportera le voyage, par exemple un pot de Nutella ou une boîte de fromage en portions du style Vache qui rit, ce n’est pas le nec plus ultra de la gastronomie ceci dit !...

 

 

A Machu Picchu, pas de panique en cas de pluie car de partout dans les rues du village d’Aguas Calientes on vous vendra un joli imperméable à capuche de couleur pour trois fois rien et il vous gardera au sec vous et votre sac à dos.

 

 

Pas besoin de prendre un traitement antipaludéen si vous n’allez pas en Amazonie. Prenez votre bombe répulsive contre les moustiques dans le train pour Machu Picchu, il parait qu’il y en a parfois qui y sévissent. Nous n’en n’avons pas vu un seul en juin.

 

 

 

 

 

Les pourboires

 

Vaste problème que celui des pourboires en circuit organisé ! Le guide vous annoncera sûrement des montants en dollars. Personnellement cela fait plusieurs années que j’applique le principe suivant :

1€ par personne et par jour pour le chauffeur

2€ par personne et par jour pour le guide

Ceci est une base indicative, cela peut être plus ou moins, fonction de votre niveau d’exigence, de votre satisfaction, de votre générosité et bien sûr et surtout de vos finances !

 

Mais attention, il faut savoir qu’au Pérou, nous n’avions pas seulement un guide et un chauffeur !!! …  Nous avions un guide national qui nous a accueilli à notre arrivée à Lima et nous a accompagné durant tout le circuit jusqu’à notre avion de retour de Lima vers la France. Ensuite nous avons eu cinq guides locaux : un pour notre journée sur Arequipa, un pour les deux jours dans le Canyon de Colca, une guide pour les deux jours au lac Titicaca, un sur le site de Machu Picchu et enfin un à Cuzco. Nous avons eu également plusieurs autocars et à chaque fois deux chauffeurs. Il y avait le pilote du bateau sur le lac Titicaca, les bagagistes des hôtels …. D’où, au bout du compte, un budget pourboires non négligeable (une soixantaine d’euros par personne) et un certain ras le bol dans le groupe !!!...

 

On paie le voyage fort cher, vraisemblablement les agences ne paient pas grassement leur personnel qui compte donc sur nos pourboires !... Sacré dilemme ! On a par moment l’impression d’être de simples vaches à lait !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que rapporter du Pérou ?

 

 

 

 

 

Tout d'abord des articles en laine d'alpaga, de baby alpaga (beaucoup plus cher), voire de vigogne (hors de prix) : pulls, vestes, bonnets, écharpes, gants, ... L'alpaga est un mammifère domestique pouvant peser jusqu'à 80 kilos dont la laine (22 couleurs naturelles) est plus douce, plus chaude, plus légère et plus résistante que la laine de mouton. Chaque animal donne 2 à 3 kilos de poils par an.

 

 

Pour comprendre la différence de prix, voici un aperçu de la finesse des fibres de ces différentes laines :

 

Lama : diamètre de 20 à 40 microns

Alpaga : diamètre de 16 à 25 microns

Guanaco : diamètre de 18 à 24 microns

Vigogne : diamètre de 10 à 12 microns

 

 

A titre tout à fait indicatif, j'ai acheté une veste en baby alpaga dans une boutique assez chic que j'ai payé 200 soles (56€), et une veste en alpaga dans un café-boutique sur la route qui n'a coûté que 46 soles (environ 12 €).

 

 

 

 

 

Des articles brodés pour la décoration de votre maison

 

 

 

                

 

 

 

 

 

 

des poupées très diverses

 

 

 

 

 

Pachapapa et Machamama

 
 
 
 
 
 
 
                              
 
                                                             
 
 
 
 
 
 
 
de jolis sacs à main ou sacs à dos, des poteries, des articles en bois, des nativités, des magnets pour votre frigo (petits lamas, petits personnages) ...
 
Attention aux prix des magnets, nous avons vu exactement les mêmes vendus 9 soles l'unité dans une boutique et 1 sol dans une autre !...  du coup pour 10 soles (2.83€), j'en ai acheté une dizaine  !!!
 
 
 
 
 
Un tapis en laine
 
 
 
 
 
 
 
 
Des questions sur ce circuit, remplissez le formulaire ci-dessous (et rien n'est obligatoire !)