Skip to main content

Voyages, voyages !

Bienvenue sur le carnet de voyages de Fenotte2003 !

Voyages, Voyages !
Argentine - Brésil
Buenos Aires
Buenos Aires - suite
Ushuaia
El Calafate
Parque Los Glaciares
Iguazu, côté argentin
Survol d'Iguazu
Iguazu, côté brésilien
Parque Das Aves
Avis circuit Argentine
Afrique du Sud
Swaziland
Zimbabwe
Victoria versus Iguazu
Barcelone
Birmanie - Myanmar
Chine
Chine - Yunnan
Chine - Sichuan
Crète
Grèce Classique
Ecosse
Egypte
Inde du Nord
Inde du Sud
Irlande
Jordanie Syrie Liban
Antiquités Orientales
Madagascar
Maroc
Mexique
Mayas, révélation ...
Exposition Maya
Guatemala - Honduras
Népal
Norvège
Pérou
Philippines
Pologne
Sénégal
Tanzanie
Thaïlande
Tunisie
Turquie
Vietnam
Cambodge
Douce France
Alsace - Franche Comté
Bourgogne
Rhône Alpes
Lyon
Fête des Lumières
01 - Ain
07 - Ardèche
26 - Drôme
38 - Isère
42 - Loire
43 - Haute Loire
73 - Savoie
74 - Haute Savoie
Le Sud
Monaco
Corse
Pays d'Oc
Aquitaine
Région Centre
Paris
Versailles
Fontainebleau
Plan du site
Avis et considérations diverses sur ce circuit en Argentine
 
 
 
 

Formalités à l’arrivée :

 

Contrairement aux informations que j’avais trouvées sur internet, plus de formulaire à remplir pour rentrer en Argentine. Il suffit de présenter son passeport et l’employé demande où l’on va et éventuellement le nom d’un hôtel. Il vous prend en photo avec la webcam et relève aussi une empreinte.

 

 

Pas de formulaire non plus à remplir à l’arrivée dans les hôtels ni de passeport à laisser en arrivant comme par exemple au Pérou.

 

 

 

 

Change :

 

Le guide nous a déconseillé les boutiques de l’aéroport et nous avons changé à BA dans le quartier de La Boca à 12, ce qui m’a semblé meilleur que le taux que l’on m’avait appliqué sur Paris. En discutant avec des français installés en Argentine, croisés à BA, on a eu confirmation que ce n’était pas un taux fameux. En fait, j’avais lu à ce sujet sur le site d’un français installé en Argentine, petitherge.com. Il y a le change officiel et le change parallèle qui se fait dans la rue ou dans les cuevas, bien plus intéressant. Encore faut-il savoir où aller, sans risquer de se faire avoir (faux billets).

 

 

 

 

Achats :

 

Dans  les rues piétonnes de BA, on trouve beaucoup de boutiques de vêtements et notamment des boutiques de chaînes que nous avons aussi en Europe. J’y ai trouvé les prix assez élevés malgré leurs prétendues remises.

 

 

En Patagonie, à Ushuaia et El Calafate, les prix sont très élevés dans les boutiques de souvenirs. Les prix sont étiquetés en $ mais ce signe n’est pas le dollar américain (US$) mais le sigle du peso argentin. Par contre, au duty free de BA, les prix sont indiqués en US$.

 

 

L’Argentine est le seul pays duquel je suis revenue sans avoir dépensé tout mon argent liquide.

 

 

 

 

 

Alimentation :

 

Côté nourriture, particulièrement en Patagonie où rien ne pousse, on ne trouve pas beaucoup de fruits et de légumes qui sont tous importés. On vous sert donc peu, voire pas, de légumes verts à table et pas de fruits, hormis parfois au petit déjeuner. Les argentins mangent donc beaucoup de viande (bœuf, agneau, poulet, porc, saucisses, boudin).

 

 

A Ushuaia, on peut manger du poisson et de l’araignée de mer (moyennant un supplément). Ailleurs, on mange surtout de la viande. J’ai trouvé leur bœuf et leur agneau excellent, n’étant pas personnellement fan du porc et de ses dérivés et étant un peu lasse du poulet (après récents deux séjours en Inde) !

 

 

Le vin argentin est excellent et abordable au restaurant. Une bouteille bue entre trois convives nous coûtait en général 50 pesos chacun. Nous avons testé rouge et blanc et avions une nette préférence pour le rouge, en particulier le Malbec.

 

 

 

 

 

 

Vols intérieurs :

 

Lorsque l’on quitte par avion Ushuaia ou El Calafate, il faut payer une taxe à l’aéroport. Elle est plus élevée à El Calafate (76 pesos par personne) qu’à Ushuaia (28 pesos par personne) et dans les deux aéroports, on peut régler ce montant en pesos, en euros ou en dollars US. La taxe à payer vient du fait que ce sont des aéroports privés. Pas de taxe à payer en revanche pour quitter Iguazu ou Buenos Aires.

 

 

Dans ces vols intérieurs, on vous sert en général une petite collation dans une jolie boîte cartonnée, ce sont des biscuits sucrés, des petits gâteaux apéritifs et une barre de céréales, par exemple, et l’hôtesse vous propose un verre d’eau ou de boissons gazeuses (Sprite, Coca Cola, Coca Light) ou encore un café.  Le problème, c’est que quand vous prenez beaucoup de vols intérieurs (nous c’était cinq), on vous sert toujours la même boîte, quelle que soit l’heure, pour le petit déjeuner, le déjeuner, le goûter, le dîner … et au bout d’un moment, on sature un peu !

 

 

Attention, le poids de bagage maximal autorisé en soute pour un vol international est de 23 kilos mais seulement de 20 kg pour les vols intérieurs, cherchez l’erreur ! … Ceci dit, ils ont l’air de s’en moquer complètement. Si vous n’arrivez pas avec un trop gros excédent de bagage, cela devrait passer !

 

 

 

 

 

Températures :

 

En Patagonie, la température moyenne en hiver est de 0°C, en été de 10°C, donc une faible amplitude thermique. Les gens là-bas manquent donc de vitamine D. Selon notre guide, durant quelques rares jours d’été, le thermomètre monte jusqu’à 15-20°C maxi. Les saisons étant inversées entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud, nous avons donc quitté la France en hiver pour arriver en Argentine en été. A Ushuaia, de magnifiques massifs de lupins de toutes les couleurs étaient en fleurs et il y avait aussi des arbustes de genets d‘un jaune éclatant. A El Calafate, ce sont les rosiers et des plants de lavandes gigantesques et tout en fleurs qui m’ont impressionnée.

 

 

Dans les parcs de Patagonie que nous avons visités, il y avait pas mal de fleurs, certaines connues de par chez nous tels les boutons d’or, les pâquerettes, les marguerites, et d’autres toutes petites, à ras de terre. Il y avait aussi des orchidées et des petits buissons très décoratifs plein de boules roses. Une petite plante minuscule avec des petites boules rouges porte le joli nom de fraisier du diable !

 

 

 

 

Le Ceibo est un arbre d’Amérique du sud, sa fleur est la fleur nationale de l’Argentine et de l’Uruguay.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La période de notre voyage, deuxième quinzaine de février, était intéressante côté températures : pas trop froide en Patagonie, pas trop chaude ni trop humide à BA et Iguazu, pas croisé de moustiques.

 

 

 

 

 

Vêtements à prévoir :

 

Cela dépend bien sûr de la période de l’année, mais pour un circuit tel que le nôtre, il faut des vêtements chauds pour le sud et du léger pour le nord. J’avais acheté un anorak en gore tex qui m’a été fort utile notamment pour les balades en bateau car il y avait pas mal de vent. Prévoir quelques pulls chauds, du style polaire par exemple car cela ne pèse rien, une paire de gants, écharpe, jeans, chaussettes en laine, bonnes chaussures, éventuellement un sur-pantalon de K-way utile sur le bateau comme coupe-vent et en cas de pluie ou de paquets d’eau. Attention aux bonnets pour les frileux, sur le bateau, avec le vent, il risque fort de finir dans les flots !

 

Pour le nord du pays : t-shirts, bermudas, sandalettes ou baskets, un K-way à Iguazu en cas de pluie.

 

Un sac à dos imperméable, c’est pas mal aussi et cela évite de mouiller toutes ses affaires.

 

 

 

 

Médicaments :

 

Les usuels contre le mal de tête, éventuellement le mal des transports, un anti-diarrhéique et un anti-vomitif (au cas où). Vous pouvez demander à votre médecin de vous prescrire un traitement si vous prenez froid. Plusieurs personnes du groupe ont commencé à tousser et ont pris de la fièvre. Des pastilles contre le mal de gorge peuvent se révéler utiles. Comme d'habitude il faut faire attention aux courants d'air des climatisations trop fortes dans les restaurants et les autocars, prévoyez une écharpe pour protéger le cou. Une bombe anti-moustiques pour Iguazu selon la saison, en février je ne m'en suis pas servie.

 

 

 

 

 

Internet :

 

Pour qui emporte son ordinateur, sa tablette ou son Smartphone, pas de problème pour se connecter, les hôtels ont le wifi. Parfois on peut se connecter dans les chambres, mais souvent il faut descendre dans le lobby, soit parce qu’on ne capte pas en étage, soit parce que c’est payant dans les chambres et gratuit en bas !

 

 

 

 

 

 

Avis sur le circuit :

 

 

J'avais fait une petite étude sur le net pour comparer les différents circuits et ai finalement choisi celui proposé par le TO Capitales Tours avec qui je n'étais encore jamais partie. C'était le meilleur rapport qualité prix du moment et le mieux adapté à mon budget, l'Argentine étant une destination chère, notamment du fait des nombreux vols nécessaires.

 

 

Douze jours de circuit, c’est finalement assez court et nous, nous n’en avons eu que onze à cause de ce problème d’avion au départ à Madrid ! Beaucoup de temps se passe dans les aéroports ou les avions, vu les distances à effectuer (vols internationaux et cinq vols intérieurs). De fait, par rapport aux circuits que je fais habituellement, de même durée, j’ai vu beaucoup moins de choses. C’est donc moins riche en quantité, mais non pas en qualité. Par contre, j’ai trouvé ce circuit beaucoup moins fatigant que, par exemple, celui que j’ai fait en novembre dernier en Inde du sud : l’avion et l’attente à l’aéroport, c’est franchement moins pénible que des heures dans un autocar à se traîner sur de mauvaises routes pleines d’ornières ou ponctuées de ralentisseurs ! Je pense aussi à d’autres pays où on a de longues distances à parcourir en car et où on y passe parfois quasiment la journée complète, c’est abrutissant au possible ! Pour qui peut s’octroyer de longues vacances, un circuit de trois semaines au moins serait l’idéal !

 

 

J’ai été un peu déçue par la visite guidée prévue pour Buenos Aires : 2h30 de visite, c’est tout ! A priori c’est ce qui est prévu par les tour-opérateurs locaux. Un peu court à mon sens, surtout qu’une partie du tour de ville se fait dans l’autocar et pour prendre des photos, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux, surtout quand il a plu et que les vitres sont encore mouillées !

 

 

Contrairement à beaucoup de circuits, nous avons gardé nos hôtels deux, voire trois nuits, ce qui est appréciable, on perd moins de temps le matin quand on n’a pas à boucler sa valise. Nos hôtels étaient bons dans l’ensemble. Seul Le Waldorf, à BA n’était pas top, beaucoup de gens se sont plaints de climatisation en panne. La seconde chambre que j’ai eue, surtout, n’était pas terrible, petite, vue sur une cour sombre, salle de bain minuscule, mais l’hôtel avait l’avantage d’être bien situé. Un truc surprenant à BA quand on se promène, on sent tout le temps des gouttes qui vous tombent dessus, mais non il ne pleut pas, ce sont les climatisations qui s’égouttent dans la rue !

 

 

 

 

 

                                                              

 

 

Mes deux chambres successives au  Waldorf de  Buenos Aires

 

 

 

 

 

Nous aurions dû rester deux nuits sur Ushuaia au Tolkeyen mais à cause de notre jour perdu à Madrid, nous n’y sommes restés qu’une seule nuit.

 

 

 

 

                                                      

 

 

 

Ma chambre était grande, l’hôtel avait une belle vue au bord du canal de Beagle mais était loin du centre-ville. Il fallait prendre la navette ou appeler un taxi pour s’y rendre.

 

 

 

 

 

 

 

Le Kosten Aike à El Calafate, où nous avons passé trois nuits, était mon préféré. Ma chambre était grande et très confortable et l’hôtel était en plein centre, pas loin de la rue principale. Par contre, je n’ai pas trouvé grand-chose d’intéressant dans ses boutiques.

 

 

 

 

 

A Iguazu, l’hôtel Americano n’est pas la meilleure solution pour des touristes de passage. La formule bungalows dans le parc est sympa pour ceux qui viennent en voiture y passer quelques jours. Il y a des barbecues et des éviers à l’extérieur qui permettent aux gens de faire leur cuisine dehors, des tables en bois et des bancs pour prendre ses repas dans le parc et il y a un frigo dans les chambres. Par contre, c’est une vraie galère de rejoindre son bungalow en trainant sa valise à roulettes sur le chemin qui n’est pas vraiment carrossable mais fait un mélange de terre et de pierres pas très régulières. L’hôtel est loin du centre-ville d’Iguazu et le peu que nous en avons vu, c’est vraiment la petite ville.

 

Le dernier jour, je me suis promenée dans le parc et y ai pris pas mal de photos.

 

 

 

 

 

 

Le diaporama

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Des questions sur ce circuit, remplissez le formulaire ci-dessous (et rien n'est obligatoire !)